Featured Slider

Dégoûtant, un ventre de femme enceinte ?


Je n’avais pas prévu de publier aujourd’hui, tous mes articles à venir étant prêts et programmés. Pour une fois, j’étais bien organisée :-)
Et puis je suis tombée sur la « polémique » Madmoizelle qui m’a donnée envie de réagir.

Rappel des faits : Le chanteur James Blake a réalisé son dernier clip avec une Nathalie Portman très enceinte qui nous montre son bidou sous toutes les coutures. (Perso, je suis limite jalouse qu'elle ait de si belles images pour immortaliser sa grossesse !) Au milieu du clip, on a un gros plan sur son ventre avec le bébé qui bouge (le genre d’images, du reste, qu’on peut trouver par dizaines sur les comptes Instagram de futures mamans :-). Et c’est cela qui a « choqué » les demoiselles qui semblent découvrir la vie à travers ce clip. Et qui ont publié leur ressenti de façon (très) maladroite :

Entre fascination et dégoût, le plan sur la peau distendue de la mère où l'enfant commence à gigoter n'est pas fait pour les yeux de toutes"

(note : si tu trouves le ventre dégoûtant dans la vidéo, ma cocotte, attend de voir ce que c’est après un accouchement)





L’affaire ayant pris de l’ampleur (ben oui, quoi, chez Madmoizelle, on ne se doutait pas que trouver un ventre de femme enceinte dégoûtant allait susciter autant de réactions), un nouvel article d’explications a été publié, dans lequel les rédactrices m’ont tout l’air de s’enfoncer encore plus :

Entre les « J’ai pas pu regarder », « Horrible », « réaction de malaise », « rejet » « frisson dans le dos », les filles de Madmoizelle ne font pas dans la demi-mesure en partageant leur ressenti.

On atteint le summum du grand-guignol avec « imagine il lui transperce le ventre ». Faut arrêter de regarder Twilight, hein, à ma connaissance, aucun bébé transperceur de ventre n’a jamais été rapporté dans la vraie vie. (Mais peut-être que les mat’ nous ont caché quelquechose, on ne sait jamais)

Et puis l’article part totalement hors sujet sur l’hypersexualisation des corps, la femme objet, le sketch de Florence Foresti (qui, elle, sait parler de grossesse avec humour…prenez en de la graine à la rédac’), bref tout y passe pour se déculpabiliser et noyer le poisson. Ça m'embête de leur faire de la "pub" mais je vous laisse quand même le lien de l'article ici pour que vous puissiez vous faire un avis. 


Je comprends qu’on puisse être « dérangée » par cette image. Qu’elle puisse interpeller. Moi-même j’étais la première à dire, avant ma grossesse, que la perspective d’avoir un petit être qui bouge en moi me faisait un peu peur, et limite me rebutait. (Je vous en avais parlé dans l'article Tes petits coups). C'est normal d'avoir de l'appréhension. Mais l’exprimer avec des mots aussi forts, sans nuance, limite sans respect, parler de dégoût…C’est immature et un brin chochotte, non ? 

C’est la nature, les cocottes, vous avez bougé comme ça dans le ventre de votre mère, votre enfant bougera comme ça dans le vôtre (si vous acceptez un jour qu’une grossesse déforme votre précieux nombril, parce que là c’est pas gagné). Tiens en parlant de nombril, juste un conseil : Arrêtez de regarder le vôtre. Il se passe plein de (belles) choses en dehors de votre microcosme...


Soyez happy avec nous :-) On est aussi sur FacebookTwitter et Instagram !

Portraits de Maman : Romy, My Berry Style


On se retrouve comme promis avec une nouvelle rubrique sur le blog, Les Portraits de Mamans. J'avais envie d'élargir un peu les horizons du blog, de ne pas parler que de moi ;-) et d'inviter des mamans blogueuses à partager leur expérience, leurs bons plans, leur quotidien...leur vie de maman tout simplement !

Et c'est Romy, du blog My Berry Style, qui me fait l'honneur d'inaugurer cette nouvelle rubrique ! My Berry Style, c'était avant tout un blog beauté, que Romy a naturellement fait évoluer en blog maman à la naissance de sa petite Fiona en Septembre. On lui laisse la parole !



Peux-tu te présenter ?
Bonjour, je m’appelle Romy, j’ai eu 27 ans il y a quelques jours. En couple depuis bientôt 8 ans, j’habite dans un joli appartement à Grenoble depuis 4 ans et je suis la jeune maman de Fiona qui a 6 mois. Dans la vie, je suis webmaster/webdesigner, je travaille à mon compte à domicile, notamment aux services de blogueuses, ce qui me permet de passer plus de temps avec ma fille.




A quoi ressemblent tes journées ?
Le matin je suis réveillée par Fiona vers 7h30, après m’être occupée d’elle et de moi, je me mets au travail vers 9h. En ce moment j’ai la chance d’avoir mon chéri à la maison, alors il peut s’en occuper pour que je puisse travailler. Je dois quand même faire quelques pauses pour l’allaiter ou depuis peu lui donner ses petits pots. Je fais généralement une pause entre midi et deux et je reprends le travail l’après-midi pour quelques heures. En fin de journée, mon chéri et moi on alterne pour donner le bain puis le repas de Fiona. Ensuite on essaye de la coucher vers 20h30 et on dîne tous les deux. Elle se réveille généralement vers minuit pour être changé et téter. Elle a encore un rythme de nuit irrégulier, parfois elle va dormir jusqu’au matin, parfois elle va se réveiller une fois vers 4/5h.

Quel genre de maman penses-tu être ?
Je pense être une maman cool et qui a gardé son âme d’enfant. Je ne suis pas stressée, je prends les choses avec calme et patience. J’aime m’amuser avec ma fille, faire le clown pour la faire rire et inventer tout en un tas de chanson. Ce qui est génial c’est qu’on n’est pas prêt de s’arrêter de rigoler. Même si je ne veux pas qu’elle grandisse trop vite, j’ai quand même hâte de pouvoir plus interagir avec elle.



Comment décrirais-tu Fiona ?
Ma fille est un bébé curieux, très souriant et sociable. Elle est très observatrice et intéressée par tout ce qui se passe. Elle aime qu’on s’intéresse à elle et nous répond par des babillements ou des sourires. Fiona n’aime pas être seule et adore avoir de l’attention, par exemple quand on fait une soirée à la maison, hors de question de rester sage et de dormir dans sa chambre, elle veut être avec nous et faire son show devant nos amis.

As-tu choisi facilement le prénom de ta puce, Fiona ?
Choisir un prénom n’a pas été facile du tout car j’avais plein de critères. Je ne voulais pas que cela soit un prénom trop donné donc qu’il soit dans le top 100. Je ne voulais pas non plus que ça soit un prénom trop original ou « inventé ». Mais ce qui était bien c’est qu’on était d’accord avec mon chéri. En regardant une série que l’on aime bien, l’héroïne s’appelle Fiona. On a tout de suite bien aimé ce prénom qui est courant dans les pays anglo-saxons mais qui est très peu donné en France. 

On a essayé de réfléchir à d’autres prénoms mais on en revenait toujours à Fiona. Après j’ai hésité car on peut trouver à se moquer si on enlève la dernière lettre, bien que ça change complètement la sonorité ou par rapport à Shrek (alors que Fiona est une princesse). Mais après avoir discuté avec des amis, ils m’ont rassuré en me disant que de toute façon, il y a toujours moyen de trouver à se moquer d’un prénom et que si ce n’est pas le prénom ça sera le physique ou autres. Les enfants sont un peu durs mais ça finit par passer.

Qu’est-ce que la maternité a changé pour toi ?
La maternité m’a complètement transformée. J’étais quelqu’un de très stressée et assez angoissée dans la vie. En tombant enceinte, je me suis dépassée et j’ai dû vaincre ma phobie du médical. Depuis je prends les choses beaucoup plus sereinement et je suis plus sûre de moi. 
Si j’ai de nouveau une période de doute, je pense à ma fille et je me dis que je dois être courageuse pour elle, elle me donne vraiment de la force.

La chose que tu as achetée pour Fiona et que tu recommandes à toutes les mamans ?
Je recommande à toutes les mamans d’acheter un tapis d’éveil à leur bébé. C’est clairement l’endroit préféré de Fiona, ça permet de l’occuper un petit moment chaque jour. Le nôtre est lumineux et fait de la musique, au début elle ne bougeait pas trop dessus mais elle était quand même intéressée et captivée. Maintenant elle attrape tout ce qu’elle peut et se tourne dans tous les sens, elle s’éclate !



Et au contraire, la chose que tu ne recommandes pas du tout ?
Je ne sais pas si je rachèterais une poussette trio. C’est vrai qu’elle nous a été quand même super utile pour les premiers temps de bébé. La nacelle nous a servi jusqu’à 3 mois comme siège auto, berceau pour dormir et de landau. La coque était super en tant que poussette et siège auto, on avait pas besoin de la sortir et la réveiller lorsqu'on changeait d’endroit. Je m’en sers encore à 6 mois mais je pense que ce n’est plus pour très longtemps. Il va falloir j’achète un siège auto et la poussette canne du trio est assez imposante et lourde. Je pense que si c’était à refaire je prendrais une poussette hybride et légère du type Yoyo ou une Bugaboo. Je me demande d’ailleurs si je ne vais pas la revendre pour changer 😉

Tes endroits préférés sur Grenoble et agglo pour sortir avec bébé ? (balades, magasins, restau…)
Fiona est née juste avant la période hivernale, nous n’avons donc pas fait beaucoup de sorties à l’extérieur car il faisait trop froid pour elle. Mais maintenant que les beaux jours vont revenir, on va profiter pour aller se balader dans les parcs et au bord de l’Isère.

Sinon j’aime beaucoup me rendre à la bibliothèque avec elle. Pour l’instant je lui choisis des petits livres et des cd de berceuses et comptines mais dans quelques temps, je pense que ça l’amusera beaucoup de choisir avec moi. Niveau resto, on est plus du genre à commander à la maison.



Tes marques préférées pour bébé ?
J’adore les marques Zara Kids, h&m, Kiabi et tape à l’œil, ils font vraiment de jolis vêtements avec des motifs et des coloris à la mode.

Les blogs (mamans ou autres) que tu aimes visiter ?
J’adore suivre le blog et les Instagram de Laura du blog "Fanacosmetiques" et sa fille Erynn, Sarah du blog "gimmysworld" et son fils Noah, Julie du blog "Julieetsesfutilités" et son fils Estao, Flore du blog "Maman louve" et ses deux amours et Alexiane du blog "Lalexiane" et son fils Noa.

Un conseil à donner aux jeunes et futures mamans qui lisent le blog ?
Pour les futures mamans, je voudrais leur conseiller de ne pas se stresser par l’idée de l’accouchement et d’y penser le moins possible. Toutes les femmes passent par là et recommencent, ce n’est donc pas une expérience traumatisante et il n’y a pas de raison que ça se passe mal. De plus la rencontre avec son bébé est absolument magique et hors du temps, c’est la chose principale que vous retiendrez alors pas la peine de s’angoisser à l’avance. 
Pour les mamans, je leur conseille d’essayer de se faire confiance de suivre leur instinct. Même si l’arrivée d’un bébé est une chose toute nouvelle et bouleversante, en prenant les choses avec calme et au feeling, vous arriverez à vous occuper de votre bébé et à l’apaiser.


Merci Romy d'avoir partagé un petit bout de ta vie de maman avec nous, n'hésitez pas à visiter son joli blog : www.myberrystyle.fr



Soyez happy avec nous :-) On est aussi sur FacebookTwitter et Instagram !

Les mamans de 2016


 L’an dernier, pendant ma grossesse, j’avais écrit un article sur les futures mamans de 2016. Forcément, avec un petit locataire dans le ventre, on est un peu plus sensibles à ces choses-là et on s’intéresse à toutes celles, stars ou pas, qui sont dans le même bateau que nous (façon de parler). Je n’avais pas encore pris le temps de lister tous les beaux bébés qui sont venus au monde en 2016, je le fais donc aujourd’hui !

Blake Lively a accueilli sa deuxième fille, Ines – un prénom un chouia plus académique que pour sa petite première, James (oui, c’est bien une fille). Anne Hathaway a accouché d’un petit Jonathan

Megane Fox a fait dans l’original avec son troisième garçon, Journey River. Prénom original aussi pour Alanis Morissette et sa petite Onyx, et Blac Chyna et sa fille Dream Renee (avec un nom pareil, j’espère qu’elle fera vite ses nuits ;-)


Crédit photo : Instagram Candice Swanepoel

Liv Tyler a accueilli Lula Rose, Kerry Washington a eu un petit Caleb, Emily Blunt est maman d’une petite Violet et Daisy est venue agrandir la famille d’Olivia Wilde.

Parions que les mamans top que sont Candice Swanepoel (à qui j'ai piqué la photo sur son Instagram pour illuster l'article), Bar Refaeli et Natalia Vodianova ont déjà récupéré leur ligne de brindille après la naissance respectivement d’Anaca, Liv et Roman !


Et les françaises alors ? Pour vivre heureux, vivons cachés, Géraldine Nakache n’a pas dévoilé le prénom de sa fille. Ingrid Chauvin a reçu tout le bonheur qu’elle méritait avec l’arrivée de Tom.

Chez les copines blogueuses, Romy de My Berry Style a accueilli Fiona, Charlotte - The Blue Dress Girl a eu une petite Scarlett, l’Alexiane et Sarah de Gimmys World ont opté pour le même prénom pour leur bout de chou (Noah). Et puis Anna (La cuisine d’Anna et Olivia) qui devait avoir le premier bébé de 2017 a finalement eu le dernier de 2016 avec son petit Lucas.

Félicitations à toutes ces (super) mamans !


J’en profite pour vous annoncer la création d’une nouvelle rubrique sur le blog, Les Portraits de Mamans. Régulièrement, des blogueuses mamans (ou des mamans blogueuses) seront invitées sur le blog pour nous parler de la maternité, de leur organisation, donner leurs conseils… et rejoindre la #teamhappymum ! Le concept vous plait ? A demain pour découvrir le premier portrait !



Soyez happy avec nous :-) On est aussi sur FacebookTwitter et Instagram !

Le cas de la sucette


Quand je préparais ma valise pour la maternité, une idée m’est venue à l’esprit : mais au fait, il ne faudrait pas que j’achète une sucette ? Le sujet étant controversé, j’en ai parlé au futur papa qui était plutôt pour. On s’est dit qu’on allait en acheter une, et qu’on ne la donnerait que si c’était nécessaire. (Mouais... ;-)

La deuxième nuit, à la maternité, Louis a pas mal pleuré, il passait également pas mal de temps au sein à tétouiller plus qu’à manger. Et la sucette dans mon sac s’est rappelée à mon bon souvenir.

Je lui ai mis dans la bouche, et instantanément, il a arrêté de pleurer, complètement apaisé par le morceau de silicone ! Apaisée, par contre, moi je ne l’étais pas, je voyais cette énorme sucette sur ce tout petit visage, et ça m’a fait culpabiliser. Doucement j’ai tiré dessus (oui je suis une mère indigne) en me disant que non, je n’allais pas la donner dès le deuxième jour, que peut-être les sages-femmes allaient m’enguirlander, etc. Louis s’est remis à pleurer et j’ai cherché comment le calmer (j’ai pas trop trouvé, d’ailleurs, c’était avant que j’identifie quelques moyens d’arrêter les pleurs, comme je vous le confiais dans l’article 5 astuces pour calmer les pleurs de bébé) Fin du 1er round.




Quelques jours plus tard, à la maison, encore des pleurs à te fendre l’âme…Nous toujours désabusés et impuissants…et le papa de Louis qui dit : « mais au fait, on a bien acheté une tututte ? On devrait peut-être lui donner ? » Et là, à nouveau, le calme plat dans l’appart’.

Il y a tout un mythe autour de la sucette, comme quoi elle serait l’apanage des mauvais parents, qui la collent dans la bouche de leur enfant machinalement…J’en ai d’ailleurs parlé à la sage-femme de la PMI, qui m’a totalement décomplexée à ce sujet : elle m’a expliqué que la sucette répondait à un besoin de succion (et il est vrai que Louis A un fort besoin de succion…je le sentais déjà téter dans mon ventre, et le petit chat tète même parfois dans son sommeil, alors qu’il n’a rien dans la bouche !) et qu’il ne fallait pas hésiter si ça pouvait l’aider. Que les sucettes de nos jours sont très bien conçues et ne déforment plus la bouche. C’est ainsi que la tututte (une Nuk hibou qui brille dans le noir) a fait son apparition dans notre quotidien. Je ne lui donne jamais par habitude, seulement s’il a l’air d’en avoir besoin, et la nuit, il la recrache dès qu’il est endormi….

Ma belle-mère a bien insisté (lourdement, très lourdement) sur le fait que c’était une erreur et qu’on ferait mieux de lui apprendre à téter ses doigts. Sauf que voilà, à 10 jours, mon Louis, il en avait un peu rien à fiche de ses doigts. Et qu’entre le laisser pleurer toute la nuit ou l’apaiser avec la sucette, le choix était vite fait.

Louis est devenu le roi du lancer / rattrapé de sucette (tu vois Maggie Simpson ?), et même du jeté tout court (je ne sais pas comment il fait pour l’expulser aussi loin, de préférence au moment où on ne pourra pas la rattraper !).

Je ne crains pas le risque de « dépendance », des enfants gardent leur sucette très longtemps, d’autres sucent leur pouce pendant des années, d’autres laissent tomber d’eux-mêmes…Utilisée à bon escient, je ne pense pas que la sucette soit le diable...On verra comment évoluent les choses, mais aujourd’hui (et même s'il y aura bien un troll pour venir me dire le contraire) : je n'ai pas du tout l'impression d'être une mauvaise mère en donnant une sucette à mon bébé et je ne culpabilise plus le moins du monde !



Vous avez donné une sucette à bébé ou pas ?


Soyez happy avec nous :-) On est aussi sur FacebookTwitter et Instagram !

Travailler et continuer d'allaiter, mon expérience


Comme je vous le confiais dans cet article L'Allaitement et Moi, j'ai eu une très belle expérience de l'allaitement avec Louis, moi qui avait choisi de l'allaiter sans grande conviction. J'avais également décidé de le sevrer fin décembre, 15 jours avant la reprise du boulot.

Et puis...je ne le sentais pas. L'allaitement marchait bien, je n'avais pas envie d'arrêter. J'ai regardé vite fait sur Internet si c'était faisable de continuer l'allaitement en travaillant (réponse : oui) et j'ai suivi mon feeling en me disant que j'allais tenter de continuer.

J'ai trouvé peu d'informations concrètes pour mettre tout ça en pratique : comment s'organiser, quand tirer son lait, combien de fois par jour, combien de biberons donner à la nounou...J'ai récolté des informations à droite à gauche : le pédiatre, la sage-femme, la vendeuse de bébé 9, ma copine Anne-Vé du blog Summer Girl, des témoignages sur Internet...Et j'ai compilé tout ça pour me faire mon propre avis.

Dans ce post qui va être un vrai pavé, je vous explique comment j'ai procédé pour continuer d'allaiter à la reprise du boulot - j'espère que ce témoignage vous sera utile ! Si vous êtes novice, n'hésitez pas à (re)lire les articles Ça marche comment un tire-lait, 5 conseils pour bien utiliser son tire-lait et L'allaitement et moi. Prenez un café, installez-vous confortablement, c'est parti.




Mission : stockage

Passage obligatoire : le tire-lait. Je l'ai loué un mois avant la reprise pour me familiariser avec la bête et faire un peu de stock. Du stock que vous serez bien contente d'avoir en cas d'imprévu, ou si vous avez une baisse momentanée de la lactation. Par exemple, j'ai été malade plusieurs jours au mois de janvier (merci les virus) et j'ai remarqué que j'avais bien moins de lait à ce moment-là. Je vous conseille effectivement de vous y prendre un peu à l'avance pour bien comprendre comment ça fonctionne et de quelle façon vous allez tirer le plus de lait.

Le dilemne ? Savoir quand tirer. Deux solutions : soit entre deux tétées, mais il faut être sûre que bébé ne va pas avoir faim plus tôt que prévu...c'est quasiment impossible et au petit bonheur la chance à moins d'avoir un bébé réglé comme du papier à musique. Soit tirer "ce qui reste" après une tétée (je peux déjà vous dire la réponse : pas grand-chose), ce qui est assez décourageant.

J'ai pris la 2ème solution, préférant m'assurer que Louis aurait toujours du lait à dispo (et éviter de le regarder hurler de faim ou s'énerver, impuissante...ou pire, devoir lui donner de suite le lait que je venais de tirer !). Donc tout ce que je pouvais récolter, je l'ai stocké, soit dans des sacs de congélation pour le lait maternel quand j'avais une bonne quantité (plus de 100 ml), soit dans un bac à glaçon en silicone, j'ai ensuite mis les glaçons de 20ml chacun dans un sac au congel. 
L'avantage ? S'il me manque aujourd'hui 60 ml pour faire un bib, je décongèle 3 glaçons et hop, pas de gâchis. Pensez à bien étiqueter vos sacs avec la date et la quantité congelée, quand vous décongelez, il faut toujours prendre les "plus vieux". Quand j'ai repris le boulot, j'avais 2,7L en stock, ce qui peut sembler beaucoup, mais qui est en fait très peu : 2700ml, c'est 18 biberons de 150ml, soit 3 jours 1/2 de lait...

Dans le même temps, on a commencé à habituer Louis au biberon : son papa lui en donnait un par jour avec mon lait. L'idée c'était qu'il ne refuse pas de boire une fois avec la nounou...On avait lu plein de trucs sur les bébés qui refusent catégoriquement la tétine, Louis a tété sans difficultés du premier coup les biberons qu'on avait. (deux marques différentes).

La reprise du boulot


Bon à savoir : il n'existe pas de congé d'allaitement en France, mais il existe une loi qui vous accorde une heure par jour (généralement deux fois 30 minutes) sur vos heures de travail pour tirer votre lait.
La rémunération de cette heure se fait au bon vouloir de l'employeur, autrement dit vous pouvez ne pas être payée...Si vous avez lu mon article On allaite peu en France. Tu m'étonnes, voilà un exemple de plus que la France est complètement à la ramasse sur le sujet ! Je n'ai pas demandé à bénéficier de cette heure même si c'est un droit car je ne voulais pas "abuser" : mon boss m'a déjà gentiment permis de modifier mes horaires pour avoir mon mercredi aprèm...

Par contre je travaille en open space, j'ai donc demandé au patron de me prêter son bureau entre midi et deux (la seule pièce qui ferme à clé dans l'entreprise...) ce qu'il a accepté sans sourciller. Il monte même le chauffage pour que je n'ai pas froid :-)

Bon déjà à ce stade vous voyez que ça se prépare en amont :-) J'en profite pour caser un coup de gueule : on lit partout qu'il est recommandé d'allaiter jusqu'à 6 mois mais si on donnait seulement aux femmes le moyen de le faire ?! Et puis surtout si on mettait tout le monde sur un pied d'égalité ? une copine qui avait une super convention collective a pu prolonger son congé mat' de 6 mois pour allaitement. Je ne vois pas pourquoi c'est permis pour certaines et pas pour d'autres, tu parles d'une injustice...C'est dit, je referme la parenthèse)

Le lait maternel et la nounou


Quelle quantité donner à la nounou ? Là, c'est le pédiatre qui m'a aiguillée selon l'âge et le poids de Louis : à deux mois et demi, il m'a conseillée de donner trois biberons de 150ml à la nounou pour la journée. "Comme ça il n'aura pas faim". Mouais, tu parles.

Dans la pratique il prenait deux biberons de 150ml et le troisième tombait plus ou moins à l'heure où je le récupérais, parfois il l'avait pris, d'autres non. J'ai donc décidé de donner seulement deux biberons à la nounou, ainsi qu'un stock de 750ml de lait congelé, à disposition si Louis réclame un troisième biberon. La nounou m'a vite signalée qu'il avait encore faim avec 150ml, je suis donc passée à 180ml puis à 210 ml en dix jours...c'était pas prévu :-) Voilà de quoi challenger ma production de lait...mais aussi espacer les tétées !

Concrètement : Louis se réveille vers 3h-4h du matin pour téter...Et oui, il ne fait pas ses nuits ! Je le réveille vers 6h30 pour le refaire téter, histoire qu'il ne se mette pas à hurler avant d'arriver chez la nounou. Comme ça, elle lui donne le premier bib dans la matinée, vers 10h et pas à 8h quand je le dépose.
Il reprend un bib vers 14h30, puis il tète à nouveau vers 20h. Ce qui nous fait 3 tétées par jour pour continuer de stimuler la lactation.


Mon organisation


De mon côté : je ne tire pas ou très rarement du lait le matin, car c'est le rush, je n'ai pas envie de me lever encore plus tôt, je n'ai pas envie de voir mon tire lait alors que je suis dans le brouillard....
Je tire donc à ma pause déjeuner, entre 260 et 320ml, cela dépend des jours. Et à nouveau le soir quand il est couché, des quantités très variables : entre 40 et 150ml. Ce qui me manque, je le décongèle pour le lendemain.

Je ne vous cache pas que c'est beaucoup d'organisation, un gros rythme, et des calculs incessants : il va me manquer tant, il ne faut pas que j'oublie le lait au boulot, il faut que j'indique à la nounou lequel donner en premier...


Les astuces


Travailler et allaiter, ça peut vite devenir compliqué mais vous vous faciliterez la tâche si :

- vous avez deux kits d'allaitement, pour ne pas passer votre temps à les laver
- vous avez un grand bib pour stocker votre lait : j'en ai acheté un de 330ml "pour les grands" dans lequel je met le lait tiré le midi.
- vous mettez des post it partout si vous êtes tête en l'air : sur votre bureau, dans votre voiture, sur votre porte...histoire de ne pas oublier le lait quelque part. J'ai une fois oublié de mettre le lait au frigo en rentrant et j'ai dû jeter mes 300 ml, j'en pleure encore....
- vous avez un sac isotherme (avec pains de glace si vous habitez loin) ou une petite glacière pour le transport du lait.
- votre nounou est réceptive, qu'elle accepte d'héberger du lait dans son congélo et les bibs dans son frigo.
- si votre conjoint a compris que ce n'est pas parce qu'il n'allaite pas qu'il ne peut pas aider : nettoyer le kit d'allaitement, répartir le lait dans les bibs le matin, préparer votre sac avec le tire lait sont autant de choses qui peuvent vous faire gagner un temps fou !

Conclusion ? Avec pas mal d'organisation et de motivation, on y arrive, même si la fatigue et la lassitude peuvent venir entraver votre bonne volonté. Si vous voulez continuer d'allaiter à la reprise du travail, mon meilleur conseil serait d'au moins essayer. Même si vos proches ne comprennent pas toujours ce choix, n'écoutez que vous ! Au pire, ça ne fonctionne pas, vous aurez eu le mérite de mettre toutes les chances de votre côté...

Louis aura été allaité exclusivement pendant 4 mois, j'ai donc atteint mon objectif, et depuis 15 jours en mixte, le sevrage se met en place doucement ...et douloureusement, mais cela fera l'objet d'un autre article. 



Vous avez continué l'allaitement à la fin de votre congé mat'?


Soyez happy avec nous :-) On est aussi sur FacebookTwitter et Instagram !

5 trucs pour calmer les pleurs de bébé

Si vous êtes venue sur cet article pour trouver une recette miracle pour calmer les pleurs de bébé, autant vous prévenir tout de suite : je n'en ai pas ! (en même temps je pense que si j'en avais une, je serais multi-millionnaire).

J'ai la chance d'avoir un bébé plutôt calme, sociable et souriant mais comme tous les bébés, parfois il hurle sans que je ne puisse identifier la cause de ses pleurs...Fatigue, mal quelque part, ou juste pas content ? Aucune idée, mais j'ai repéré quelques trucs qui sont susceptibles de calmer mon Louis...et qui sait, peut-être votre baby aussi ?

Ps : la photo qui illustre cet article est d'une qualité pourrie, on est d'accord. Mais elle me fait tellement marrer que je n'ai pas pu résister. Louis sera comédien c'est décidé :-)

1. Bercer bébé
Je dis bercer mais souvent c'est plus "secouer" : secouer gentiment bien sûr hein pas comme dans les bébés secoués. Dans les bras, dans son transat, bébé adore les mouvements de va et vient qui personnellement me filent la gerbe...Mais si ça marche on ne va pas faire la fine bouche :-)




2. Sortir
J'ai passé beaucoup, beaucoup de temps hors de la maison pendant mon congé mat', dès que je sentais qu'il s'agaçait, hop, manteau, nacelle, et on va faire un tour, en voiture, en porte bébé ou en poussette, dehors ou au centre commercial (je peux vous dire que je connais désormais chaque rue et chaque magasin du coin sur le bout des doigts). Ça a marché à 99%, à peine on mettait le pied dehors qu'il se calmait ou s'endormait.


3. La musique
La plupart des bébés sont mélomanes :-) La valeur sûre c'est Mozart, les comptines un peu niaises pour bébé, ou même des chansons qui passent à la radio. Louis adore Céline Dion mais déteste les Frero Delavega :-) Le must pour Louis, c'est Mozart revisité pour les bébés, il y a plein de vidéos sur You Tube. Ça l'apaise. Sinon, je chante en gesticulant et en tapotant sur son ventre, il adore ça. 


4. La sucette
Bon désolée mais il faut bien le dire, la sucette parfois ça marche du tonnerre et ça nous a offert quelques heures de calme...Je reviendrais sur le sujet (un peu controversé) de la tututte bientôt !


5. Agir en amont
...pour éviter qu'il ne crie ensuite ! Par exemple, créer une petite routine le soir pour qu'il soit bien calme au moment de se coucher (tétée sous un plaid, avec une lumière tamisée...) ou le changer de pièce / lui proposer une autre activité dès que vous sentez l'agacement poindre...car l'agacement finit toujours en pleurs :-)


Si vous avez des astuces pour apaiser bébé, partagez-les avec la #teamhappymums en commentaires !

Soyez happy avec nous :-) On est aussi sur FacebookTwitter et Instagram !


5 conseils pour bien utiliser son tire lait

Si vous allaitez, un moment ou un autre, vous allez certainement être obligée d'utiliser un tire-lait. Le fait est que la bête et n'est pas forcément facile à maîtriser, personnellement je déteste m'en servir - autant je trouve l'allaitement beau et apaisant, autant je trouve le tire-lait cauchemardesque ! 

Pour autant, autant faire ami-ami avec lui puisque il va bien nous servir ! Je vous donne ici 5 conseils qui ont marché pour moi pour bien l'utiliser ! J'espère qu'ils vous serviront également !




1. Se familiariser avec la chose. En effet il n'est pas toujours facile d'utiliser un tire-lait les premières fois : il faut un peu d'expérience, voir comment ça marche, vous pouvez lire à ce sujet mon article Comment ça marche un tire-lait ? 
Et surtout pratiquer pour pouvoir tirer une quantité signifiante de lait : mieux vaut ne pas attendre le dernier moment, être au pied du mur et ne pas arriver à sortir le biberon qu'il vous faut. Ce serait dommage de donner du lait artificiel juste par manque d'anticipation !

2. Utiliser les téterelles adaptées. Il faut savoir qu'il existe plusieurs tailles et que ce n'est pas standard ! Donc, si à la pharmacie on vous a donné n'importe quoi sans vous demander de vérifier votre taille, prenez les devants et vérifiez sur le site du fabricant si vous avez bien la bonne taille de téterelle. Si ce n'est pas le cas, procurez-vous la bonne car d'une part, vous aurez bien moins mal, et d'autre part, vous tirerez bien plus de lait avec les téterelles adaptées. Logique !

3. Vérifier que les flacons sont bien fermés. C'est tout bête, mais si vous avez mal serré les téterelles sur les flacons ou si vous n'avez pas enfoncé suffisamment loin le tube en plastique sur les téterelles, cela crée une sorte d'appel d'air. Le tire-lait ne pompe pas suffisamment, je me suis fait avoir une fois, deux fois, mais pas trois ! Si tout est bien ajusté on exprime de plus grosse quantité de lait.

4. Trouver la position qui vous convient - aussi bien votre corps que la position des téterelles sur les seins. Pour moi, c'était : légèrement penchée vers l'avant, en soutenant à peine les flacons. Dès que je me tenais bien droite, le débit ralentissait. N'hésitez pas à interrompre le tire-lait et à le repositionner si vous n'exprimez pas assez de lait à votre goût, parfois ça peut tout changer !

5. Ne pas s'acharner : tirer son lait n'est pas forcément très agréable et j'ai même trouvé ça plutôt épuisant donc, si vous n'êtes pas très motivée un soir pour tirer votre lait, si vous êtes fatiguée, si vous voyez que pas grand-chose ne sort, n'insistez pas, reposez-vous et vous ferez bien mieux demain ! 


Des conseils pour bien utiliser votre tire-lait ? Venez les partager en commentaires avec les autres mamans :-)

Soyez happy avec nous :-) On est aussi sur FacebookTwitter et Instagram !