Votre lecture
DPNI : quand l’ombre de la trisomie 21 met la grossesse entre parenthèses

DPNI : quand l’ombre de la trisomie 21 met la grossesse entre parenthèses

temoignagne dpni suspicion trisomie 21

J’ai abordé mes deux premières grossesses avec une certaine innocence et pas mal de détachement. J’avais bien conscience que certaines grossesses n’étaient pas un long fleuve tranquille, mais j’ai eu la chance de ne pas connaître de problèmes majeurs et d’être plutôt épanouie ! Les soucis médicaux de grossesse me semblaient une lointaine notion…

J’abordais cette troisième grossesse de façon un peu différente. Entre temps, deux personnes de mon entourage ont connu des grossesses compliquées, stressantes, qui pouvaient mettre en danger la vie du bébé. La première a contracté le CMV, la deuxième était “RAI positive” c’est-à-dire qu’il y avait une incompatibilité de groupe sanguin entre le sien et celui du bébé, et qu’elle le “rejetait” en quelque sorte. L’histoire s’est bien finie dans les deux cas.

Tu penses bien qu’après ma première prise de sang, j’ai vérifié en premier lieu les RAI, j’ai fait super attention à la toxo et au CMV. J’ai croisé les doigts pour ne pas faire une fausse couche – le risque augmentant avec l’âge.

Echo et clarté nucale : tout va bien…

Lundi 18 janvier, je passe mon écho T1. Tout va bien ! Je suis contente d’avoir traversé le premier trimestre sans trop d’encombres (malgré d’horribles nausées qui perdurent encore aujourd’hui). Les indicateurs sont au vert. Je demande à ma gynéco quand elle aura les résultats de la prise de sang pour la trisomie, il y a une semaine de délai mais elle me dit de ne pas trop m’inquiéter car la clarté nucale est parfaite. Je décide d’annoncer ma grossesse !

témoignage test dpni trisomie 21

Mardi 26 Janvier, je me réveille un peu dans le coaltar d’une petite sieste (merci les hormones), le téléphone sonne, c’est la secrétaire de ma gynéco. Je ne me souvenais même plus qu’elle devait me rappeler pour me donner les résultats de la prise de sang.

…et puis finalement, pas tant que ça

– Madame xx, c’est la secrétaire du Dr xx. On a reçu les résultats de la prise de sang, bon, c’est pas qu’elle ne soit pas bonne, mais vous avez quand même un risque de trisomie de 1/501, on va vous proposer de faire d’autres examens.

En une seconde je suis parfaitement réveillée. Je me prends une douche froide de malade, je n’avais même pas envisagé ce scénario.

– 1/501 ? Mais c’est énorme ! je m’écrie.

– Oh, pas tant que ça, vous avez quand même 500 chances d’avoir un bébé en pleine santé.

Certes, mais je ne vois pas tout à fait les choses comme ça. Il y a bien quelqu’un sur qui ça va tomber, il y a bien la 501ème maman qui va voir son monde s’effondrer, ses projets s’écrouler. Après tout pourquoi ça ne serait pas moi ? Est-ce que ma bonne étoile va être là ? Je ne la sens pas très bien cette histoire. Le doute s’installe.

Alors, je passe en apnée. Je me documente. Je stresse. Je me demande si je vais devoir accoucher dans quelques semaines et rentrer sans bébé. Car je sais déjà que je mettrais fin à ma grossesse si c’est positif. (pas de jugement svp, ce choix est propre à chacun) Je met ma grossesse en pause. C’est horrible mais j’espère que ce bébé ne va pas se mettre à gigoter pour l’instant, je veux mettre de la distance, me préparer au pire. Mécanisme de protection sans doute, je me détache complètement de cette grossesse, je m’interdis de me projeter. Je ne pense plus prénom, déco de la chambre, vêtements de grossesse. Je ne suis plus enceinte dans ma tête.

En route vers la DPNI

L’examen complémentaire, c’est un DPNI : une prise de sang de dépistage prénatal non invasif de l’ADN fœtal. Ca existe depuis peu de temps, et ça évite de passer d’emblée par une amniocentèse (qui présente des risques de fausse couche). Le principe, c’est qu’on va chercher dans mon sang l’ADN du bébé, regarder s’il n’y a pas un peu trop de chromosomes 21 qui se baladent, et poser un diagnostic fiable à 99%.

attente dpni

Le jour de l’appel, je dois garder Louis, c’est la grève des écoles. Je vais donc au centre de prélèvement le lendemain. Vous pouvez aller dans n’importe quel labo, mais pour gagner du temps, on m’a conseillé d’aller directement au CHU qui a son propre labo d’analyse et qui ne va pas envoyer le prélèvement du dpni à Lyon. Je n’ai pas envie d’y aller seule. Mon Louis joli me dit “mais je vais venir avec toi Maman si tu veux”. C’est gentil mon chat, mais je ne peux pas t’emmener à l’hôpital. Je le pose chez nounou, et j’y vais donc seule, Monsieur n’ayant pas pu décaler ses impératifs professionnels (si tant est qu’il ait essayé). Je finis par trouver le centre de prélèvement dans le dédale de l’hôpital.

Un gros panneau indique “prenez un ticket et asseyez-vous, on va vous appeler”. Le distributeur de tickets proclame “je suis en panne, mais asseyez-vous, on va vous appeler.” J’attends, j’attends. On entend les employés qui se racontent gaiement leur soirée mais qui ne sont pas super pressés pour venir chercher les patients. Une grand-mère tente de passer devant tout le monde. Eh, j’ai pas de ticket vous allez venir me chercher ? Oui Madame, allez vous asseoir. Ca y est, ils se décident, mais désolée Mamie, c’est mon tour.

Foirage de test, et Shrek

– Ah, c’est vous la dame qui venez refaire le dpni ?

– Non, moi c’est la première fois.

Ah d’accord, on attend une dame pour qui le prélèvement n’est pas exploitable, il faut le refaire.

Super. Donc en plus, on peut gagner le droit de revenir…

Elle m’emmène dans la salle des prélèvements.

– La dame vient pour un DPNI. T’en as encore des tubes Streck ? (c’est le type de tube nécessaire pour ce test). Nan parce que j’ai peur que la dame pour qui ça a raté revienne et qu’on n’en ait pas assez.

Ils en ont assez. J’en conclus qu’ils ne doivent pas non plus faire ce test du DPNI tous les quatre matins.

Arthur l’interne est perplexe.

– C’est quoi, ces tubes Streck ?

Lire aussi
annonce de grossesse

– Bah tu sais, c’est les tubes avec le petit truc au bout.

– …

– T’en as jamais vu ? Attends je vais te montrer. Faut pas confondre avec Shrek hein ! (ah ah ah).

Arthur l’interne a trouvé son tube Streck et me fait le prélèvement. C’est vraiment une prise de sang banale. Il ne sait pas dans combien de temps j’aurais les résultats, « il n’a pas trop l’habitude de ces tests ». #sansblague

Plusieurs jours, je dirais”. OK, merci, Arthur.

test dpni adn foetal mon temoignage

Attendre, encore attendre (et stresser aussi)

Commence alors l’attente. Parce qu’il n’y a plus rien à faire d’autre que d’attendre, prier si tu es croyant, et te renseigner encore. Je me penche en détail sur le calcul du risque, c’est une moyenne de plusieurs facteurs (âge / clarté nucale / taux d’hcG) je comprends que même si la clarté nucale est bonne, mon âge m’a tiré vers le bas, et le taux d’HcG aussi.

J’apprends que l’hormone de grossesse – qui est responsable des nausées – peut être signe de trisomie quand elle est trop élevée. Hors, je subis ces nausées depuis 2sg, et aujourd’hui à 12sg, j’en ai encore, alors qu’elles auraient dû diminuer. J’espère que ça va aller. Je tourne les pourcentages dans tous les sens. 1/501, c’est 0,20% de risques. Vu comme ça, ça semble encore plus faible. Est-ce que ça va suffire ? Il faut que ça suffise putain, la vie ne va pas m’envoyer une crasse dégueulasse comme ça à la figure : me faire tomber enceinte rapidement pour me reprendre mon bébé 4 mois plus tard. Je le sens pas. Faut que ça le fasse.

Lundi 8 au matin, toujours pas de nouvelles, la vie reprend le dessus. Je sens bébé bouger.

13 jours après, le verdict

Lundi 8 après-midi, le coup de fil tant attendu arrive enfin. C’est négatif. Dpni NE-GA-TIF. Le labo a trainé, car ils avaient perdu des papiers (décidément). Je ne suis pas le 0,20%. Ca s’est joué à quoi ? A une tambouille génétique favorable, à un coup de bol, à un bon karma ?

Je crois que je sauterai au cou de la secrétaire malgré le Covid si j’étais en face d’elle. Je vais pouvoir fermer la parenthèse, reprendre ma grossesse là où je l’ai laissée (ou presque, j’ai bien grossi :-). Louis joli, qui est encore dans les parages, me demande pourquoi je rigole. Je rigole toute seule parce que les 500 kgs qui étaient sur mes épaules depuis 15 jours viennent de s’envoler. Ma grossesse continue.

Cet article est dédié à la 501ème maman qui ne quitte pas mes pensées.

dpni, le test de dépistage de la trisomie 21
risque de trisomie 21 & tests de depistage
Voir les commentaires (4)
  • Moi j’ai été la maman 1/773…Margaux ma fille est née sans vie le 1er juillet 2020. Je pense à elle chaque jour. Elle a bouleversé ma vie.
    Je suis ravie pour toi. C’est une très belle nouvelle.

  • ..et moi qui te soohaitais une grossesse sereine dans le post précédant! Quelle épreuve!
    Je suis sincèrement soulagée que le risque ait pu être écarté.

    • Ah mais t’inquiètes pas, tu ne pouvais pas savoir, je préférais garder ça pour moi en attendant le verdict. On va essayer de profiter maintenant !

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

© 2020 Happy and Baby. Installed by Romy

Revenir en haut