Comment lutter contre les nausées de grossesse ?



Voilà un post que typiquement je n’aurais pas pu écrire lors de ma première grossesse ! Des nausées, je n’en ai quasiment pas eues, mis à part quelques soirs autour de la 9ème semaine si mes souvenirs sont bons. J’étais parfois un peu « brassée » en fin d’aprèm, mais rien de bien méchant.

Je me doutais bien que le miracle n’allait peut-être pas se reproduire pour une deuxième grossesse, ayant de plus en tête un bon exemple : ma mère, pas du tout malade pour moi, et malade comme un chien pour ma sœur. Bien sûr ça n’a pas loupé.

Et ça a commencé super tôt, puisque je n’avais pas encore fait de test de grossesse que j’étais assaillie de vagues de nausées. J’avais prévenue Monsieur : je fais le test, mais vu les nausées, je suis sûre du résultat. Parce que si vous avez connu les joies de la nausée de grossesse, vous saurez qu’elle est bien reconnaissable, rien à voir avec une p’tite gastro ou une indigestion. 

Donc pendant trois semaines, j’ai eu des vagues de nausées, qui me prenaient n’importe quand, n’importe où, et pour des durées variables, parfois 5 minutes, parfois toute la journée. A six semaines, ça s’est intensifié et c’était quasiment toute la journée, en empirant nettement à partir de  16h jusqu’à ce que je me couche. J’étais à peu près tranquille le matin de 6 à 9h ! (comme quoi, les nausées de grossesse ne sont pas forcément matinales!)



Limiter les nausées


J’ai remarqué que le mieux était quand même de rester le plus « statique » possible. Je m’explique : ne pas trop bouger la tête et le corps me permettait de ne pas faire empirer les choses. Par exemple, j’ai eu la bonne idée un jour de faire du jardinage, et bien la tête en bas, c’est PAS une bonne idée. Idem pour les footings : si vous partez avec le cœur au bord des lèvres, ça ne va rien arranger.

Donc finalement, je n’étais pas si mal (c’est relatif) devant mon écran au bureau, car on est d’accord, s’il y a bien un endroit où on n’a pas envie d’aller gerber, c’est au bureau lol. (Encore, une fois, ça peut passer, mais tous les matins, on se fait vite griller).

J’ai aussi essayé de fractionner mes repas, en prenant plein de petits en-cas légers dans la journée. J’ai par exemple glissé des Tucs dans mon bureau, une nausée, pof, un Tuc, ni vue ni connue :-) Le problème étant que les hormones à ce stade de la grossesse (et c’était déjà le cas pour la première) m’incitent à manger beaucoup trop, je le sais, je me goinfre, je ne peux pas m’en empêcher, mais ça ne dure que quelques semaines. Du coup, vous vous en doutez, un Tuc ne suffisait pas et je m’enfilais le tiers du paquet. Mauvais calcul, puisque cette « boulimie » engendre elle aussi des nausées, un sentiment de « pas bien »
Du coup je me suis policée pour trouver le juste milieu : je peux manger un truc, mais à telle heure. Et je ne mange rien jusqu’à l’heure d’après (même si les hormones me dictent d’aller bouffer quelque chose, là, maintenant!)

Au final c’est ce qui a marché le mieux.

Il faut également dans l’idéal éviter ce qui est gras et sucré, mais vous savez comme moi qu’en général, on n’a pas des envies de brocolis quand on est enceinte :-)

J’ai aussi eu quelques soucis pour m’hydrater, car la moindre gorgée d’eau appelait sa vague de nausée. J’en ai profité pour bien m’hydrater tôt le matin,  avant qu’elles ne débarquent, pour manger plein de fruits juteux, mais j’ai quand même le sentiment d’avoir passé pas mal de temps déshydratée, à fixer la bouteille mais incapable d’en prendre une gorgée.

L'homéopathie

En homéopathie, j’ai testé Ipeca et Sepia – je ne vous mets pas la dilution et la posologie, car la « prescription » dépend vraiment de vos symptômes. Si ça se trouve, il ne vous faut ni l’un, ni l’autre ! Personnellement, ça ne m’a pas aidé car les goûts des granules que je n’aime déjà pas en temps normal, me filait la nausée. Je n’ai pas insisté ! Donc ça marche peut-être, mais pas pour moi.


L'acupuncture


Mon homéopathe étant également acupuncteur, il m'a fait une petite séance, mais je n'ai pas noté de différence. C'était même limite pire après. Bref je suis adepte des médecines douces, mais là clairement elles ne pouvaient rien pour moi. Mon médecin m'a dit qu'en faisant une détox du foie (à base de plantes) avant la grossesse, on était quasiment certain de ne pas avoir de nausées. Malheureusement une fois enceinte, c'est trop tard !

Donc...

Pas de solutions miracle à vous proposer (en même temps s'il y en avait une, je crois que la personne serait millionnaire lol), mais prendre son mal en patience et s'armer de bon sens : se reposer, ne pas courir dans tous les sens, manger régulièrement sans s'empiffrer. 



Et vous, team nausée ou pas du tout ? 

Si vous avez testé une méthode qui a diminué vos nausées de grossesse, n'hésitez pas à la partager en commentaires avec les copines !





5 commentaires

  1. Heureusement que ça ne dure (en général) que le premier trimestre... Ca n'a pas du être évident sachant que tu n'as pas trouvé la solution qui te soulageais :S
    A bientôt !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et on a l'impression de ne jamais en voir le bout ! Heureusement que ça finit par s'estomper, je suis (presque) de retour à la normale ;-)

      Supprimer
  2. J'ai vécu ce calvaire pour mes deux grossesses... pendant 9 mois :) Il n'y a pas eu de recette miracle à part l'accouchement ! :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. 9 mois...Je n'ose même pas imaginer ! Et moi qui me plaint pour 2 mois 1/2 ;-) ! Ça a dû te sembler tellement long !

      Supprimer
  3. Je suis encore en plein dedans et ce qui m'a sauvé des nausées et vomissements (et encore, c'est pas ça tous les jours mais ça a rendu le truc vivable), c'est un médicament. Je ne suis pas sure que l'on puisse donner le nom sur Internet.
    Et ça m'a fait sourire parce que j'évoquais le sujet des nausées il y a quelques jours, si le coeur te dit d'aller le lire :)
    Belle journée

    RépondreSupprimer