Les Portraits de Mamans : Pauline, Arthur et Alice !


On se retrouve aujourd'hui pour un nouveau Portrait de Maman ! Il y a quelques temps, j'ai proposé sur les réseaux de faire le Portrait de l'une d'entre vous, pour ne pas me cantonner aux mamans blogueuses. Merci à toutes celles qui m'ont écrit, je garde précieusement vos messages pour de prochains Portraits. Mais pour l'heure, je suis ravie d'accueillir sur le blog Pauline, maman de deux enfants d'âge rapprochés : Arthur et Alice !

Peux-tu te présenter ?


Bonjour à tous. Je m’appelle Pauline, j’ai trente ans (depuis peu, et ça fait très bizarre de le dire). J’habite juste à côté de Strasbourg. En couple depuis cinq ans, je suis maman de deux enfants : j’ai un « grand » garçon, Arthur, qui a 21 mois et une fille Alice, à peine 7 semaines. Je travaille en milieu hospitalier et j’ai des horaires très variés qui ne facilitent pas la vie de famille. Je suis une lectrice d'Happy and Baby depuis le début d’année, je  suis le blog sur Instagram depuis quelques mois et je suis membre du groupe Facebook, la team Happy Mum. (note : notre groupe d'entraide entre jeunes mamans sur Facebook, rejoignez-nous ici) !






As-tu vécu différemment tes deux grossesses ?



Je suis tombée enceinte rapidement pour Arthur, pendant notre deuxième mois d’essai. Et j’ai eu de la chance d’avoir une première grossesse cool, sans complications, sans nausées pendant les premiers mois, juste de la fatigue et des douleurs un peu partout à la fin. J’ai fait du vélo jusqu’au début de mon sixième mois, j’ai travaillé jusqu’au bout et j’adorais me regarder dans le miroir pour voir mon gros ventre. Oui, j’étais un poil narcissique. Pas de soucis au niveau du moral non plus, ou très peu, juste des soucis avec la vente d’un appartement, l’achat d’un autre et les prêts qui en découlait. Pour la petite anecdote, j’aurai dû signer l’acte de vente pour céder mon ancien appartement le jour où a été programmé mon déclenchement. Heureusement que j’avais pensé à faire une procuration au clerc de notaire.


Pour ma deuxième grossesse,
j’ai senti trois jours avant d’avoir mes règles que je ne les aurais pas. Et comme on avait prévu un week-end à Berlin, j’avais glissé un test de grossesse dans ma valise. J’ai mis du temps à réaliser que j’étais enceinte, c’était le premier essai et on se disait qu’on avait le temps, qu’on n’était pas pressés, et qu’il n’y avait que peu de chances que je tombe deux fois enceinte si vite. Histoire de karma.

Puis, sans aucune raison puisque je n’avais aucun symptôme bizarre, j’ai eu la peur de la fausse couche ou de l’œuf clair. Ce n’est qu’à 6 SA, lors de mon premier rendez-vous avec le médecin, que voir le cœur battre m’a rassurée et où j’ai enfin pu me réjouir. Puis à cause d’un taux d’hormones un poil plus haut que la norme et d’une sage-femme (trop) précautionneuse, j’ai dû faire une échographie supplémentaire au début de mon 4e mois. Cette attente (un mois entre le coup de fil me demandait de refaire un examen et le jour J) a fait que j’ai aussi angoissé et versé pas mal de larmes jusqu’à être rassurée. Pas mal de stress, heureusement pour rien, pendant mon premier trimestre.

Mais surtout, cette grossesse a été beaucoup plus fatigante pour moi, normal avec un bébé d’à peine un an à la maison, mais aussi des conditions de travail pas top qui m’ont fait faire des malaises et m’ont donné des contractions un peu tôt.

J’ai été arrêtée vers mon sixième mois, j’ai tenté de me reposer un maximum tout en culpabilisant d’être encore fatiguée et pas assez en forme pour mon grand. Et d’un autre côté, j’avais aussi l’impression de ne pas m’être assez intéressée au bébé qui poussait en moi, à moins lui parler et à moins guetter ses mouvements pour en profiter. Un petit goût d’inachevé mais qui a été compensé par un accouchement comme j’avais espéré pouvoir vivre (là où j’ai été déclenchée pour mon ainé).



A quoi ressemblent tes journées ?


Je suis actuellement encore en congé maternité et je ne reprendrais le travail qu’à la mi-octobre. Le matin, c’est mon chéri qui s’occupe du grand, qui le lève vers 6h30 s’il ne s’est pas réveillé de lui-même, qui lui donne à manger, le prépare et le dépose chez notre nounou pour 7h30. Je me lève généralement entre 6h et 6h30, quand Alice réclame le sein.

Parfois, je la prends dans notre lit pour gagner quelques minutes de sommeil mais le plus souvent, je me lève et je rejoins mes deux hommes. Pendant la journée, je calque mon rythme sur celui d’Alice, qui n’en a pas encore vraiment. Je pratique un allaitement à la demande pour le moment. Si j’ai des courses à faire, je sors de préférence le matin et juste après une tétée. Je pensais pouvoir faire de longues balades avec elle en journée, mais j’avais oublié que qui dit été dit souvent grosses chaleurs très tôt le matin.

En Alsace, juillet et août sont deux mois où le temps est lourd et étouffant. Du coup, j’avoue passer beaucoup de temps devant Netflix en journée, Alice s’endort très souvent sur moi et ouvre les yeux dès que j’ose la poser ailleurs.

A 16h30, je récupère mon grand chez la nounou et je suis seule avec les deux jusqu’à 18h15/30, heure où mon chéri rentre à la maison. Et c’est souvent sportif. Arthur aurait besoin de se défouler mais bien souvent, Alice réclame à manger en même temps, donc j’essaye de privilégier des activités calmes pour l’occuper, comme de la lecture ou du coloriage. Ou de la pâte à modeler. Que du très classique.

Il prend son bain quand son papa rentre, l’un de nous deux le fait manger vers 19h et il se couche vers 20h, après une histoire lue dans sa chambre. Le plus souvent c’est mon chéri qui s’occupe encore une fois de lui, mais si par chance, Alice dort à ce moment-là, je prends plaisir à lui lire l’histoire du soir et à faire un câlin à ses trois doudous avant de lui dire bonne nuit. Je passe en général mes soirées devant la télévision, avec mon chéri qui reste avec moi pour regarder une série ou juste une émission télévisée, et Alice contre moi sur le coussin d’allaitement. J’arrive en général à la coucher 22h30 et 23h30. La nuit, je me relève en général deux fois pour des tétées.


Avec deux enfants en bas âge, tes journées doivent être bien remplies. Un conseil pour bien s'organiser ?


Je dirais qu’il faut déjà de l’aide, et qu’il ne faut pas hésiter à en demander (je n’ose pas toujours mais mon chéri sait prendre les devants et me pousser à le faire). J’ai de la chance d’avoir un compagnon très présent, et je pense que c’est un peu la clé pour gérer deux enfants en bas âge dont le grand est en plein phase de « terrible two ». Il s’occupe beaucoup de notre aîné pendant que je suis avec la petite. J’ai un peu l’impression qu’on a chacun notre enfant parfois. On aussi la chance d’avoir notre famille à proximité : ma belle-maman garde Arthur tous les mercredis depuis qu’il a un an, parfois aussi les soirs quand on a envie de sortir chez des amis sans avoir à déménager toute notre maison. Ma maman aussi nous l’a déjà gardé 24h et vient de temps en temps me donner un coup de main à la maison quand je suis seule avec les deux.


Et il faut aussi pas mal d’organisation
. Penser à l’avance quelles activités prévoir pour les occuper (enfin plutôt notre aîné), renouveler les jeux pour ne pas qu’il s’ennuie, sortir (aussi souvent que possible) pour qu’il puisse se défouler (si comme moi, vous n’avez pas la chance d’avoir un coin de verdure à vous). Prévoir des repas qui vont vite et laisser les plats élaborés et « adultes » pour les soirées en tête à tête ou pour dans quelques mois. Ne pas culpabiliser de proposer des petits pots et des plats tous prêts aux enfants, ils mangeront des légumes chez tatie/mamie/l’an prochain quand vous aurez plus de temps.


Et surtout, se serrer les coudes avec votre moitié. Car la fatigue, l’accumulation des corvées, le peu de temps qu’il reste pour le couple, les caractères de chaque enfant, ce n’est pas toujours évident. On se dit aussi (pour se rassurer) que les trois prochaines années seront certainement sportives/compliquées mais qu’avoir deux enfants rapprochés est une chance, surtout quand autour de nous des proches mettent des mois à avoir leurs bébés.




Quel genre de maman penses-tu être ?


Je me rends compte en réfléchissant à cette question que j’ai évolué entre mes deux enfants. Avec Arthur, j’étais une maman stressée, pas forcément à l’aise dans ce nouveau rôle. Je n’avais pas aimé la fin de mon congé maternité et je tournais en rond chez moi car je me sentais bien souvent complètement perdue et épuisée. Puis, au fur et à mesure qu’il grandissait, je me suis « décoincée » et je suis devenue plus zen.


Avec Alice, je me suis rapidement sentie plus à l’aise. Je me fais plus confiance et je lui fais plus confiance. Mes collègues me trouvent aussi plus zen, moi la grande stressée perfectionniste qui aime que tout aille vite. Par contre, je me demande déjà comment je vais pouvoir la laisser à sa nounou quand elle aura quatre mois (alors que pour son frère qui avait un peu plus de trois mois lors de son adaptation chez sa tatie, je le laissais sans trop stresser curieusement).


J’aime les prendre en photos tout le temps et n’importe quand, j’aime leurs bisous baveux, j’aime les sentir quand je les porte et j’ai parfois les larmes aux yeux quand je les regarde dormir parce que je me demande toujours comment j’ai réussi à faire deux bébés si parfaits à mes yeux.


As-tu choisi facilement le prénom de tes loulous ?


Comme beaucoup de filles, j’avais déjà des prénoms en tête avant même d’être en couple avec mon chéri, et des idées assez arrêtées sur ce que je ne voulais pas. Dont le critère de ne pas prendre un prénom dans le top 10 des prénoms de l’année. Tout le contraire des prénoms qu’on a choisi au final, puisqu’ils sont tous deux dans le top 10 des prénoms les plus donnés de leur année de naissance.


Pour Arthur, c’est mon homme qui a proposé qu’on fasse chacun une liste de nos prénoms préférés, classés par ordre alphabétique. Nous ne connaissions pas encore le sexe du bébé à ce moment-là. Arthur était le premier qu’on avait en commun pour un garçon et le prénom féminin avait aussi été rapidement trouvé. Dès l’échographie du 5e mois, on a donc su qu’on aurait un petit Arthur, c’était devenu une évidence pour moi. On a par contre douté pendant une partie du reste de ma grossesse, surtout car il y avait déjà un Arthur dans la famille de mon chéri, un cousin éloigné, et pas mal d’autres doublons de prénoms (il y a trois Pauline, avec moi, dans sa famille par exemple) mais je n’arrivais pas à trouver un autre prénom qui me plaisait autant pour un petit garçon. Le prénom Arthur est donc resté et il le porte à merveille.

Pour Alice, on a commencé à parler prénoms plus tard dans la grossesse, même si grâce/à cause d’une échographie supplémentaire, on a connu son sexe un mois plus tôt que pour le grand. Nous n’avions pas les mêmes prénoms en tête au début, mon chéri avait proposé Alice, mais même si c’était un prénom que j’adorais depuis des années (il était dans ma liste d’adolescente), c’était celui qu’aurait pu porter Arthur s’il avait été une fille et je lui associais forcément ce prénom. Le prénom de mon chéri commence par un A aussi, et je trouvais bizarre de vivre avec trois personnes ayant les mêmes initiales. Pendant longtemps, jusqu’à mon accouchement en fait, on a hésité entre Alice et Elise, mais finalement, et en partie parce que mon chéri le préférait, Alice l’a emporté.


Quels sont tes endroits préférés avec les enfants sur Strasbourg ?


Je ne suis allée que deux fois au restaurant avec mon grand, chez Ikea et chez Vapiano. C’était l’été dernier, il avait 9-10 mois. Et ça n’a pas été une franche réussite car il avait facilement la bougeotte et s’ennuyait rapidement malgré les jouets que j’avais pris pour lui. Je n’ai pas encore retenté l’expérience et maintenant que nous avons deux petits, on préfère pour l’instant  les faire garder tous les deux pour manger à l’extérieur.


Par contre, j’aime me promener dans des coins un peu plus « verts » que mon quartier et ses trottoirs. Ma balade préférée, c’est le long du canal de la Bruche, c’est une piste cyclable qui va jusqu’à Strasbourg, calme, ombragée, avec régulièrement des bancs pour prendre le goûter ou lire pendant la sieste de bébé.

Il y aussi le parc du fort Kléber à Wolfisheim : c’est une ancienne caserne militaire allemande, entièrement réaménagée où  il y a une petite aire de jeu, des tables pour pique-niques mais surtout, une mini-ferme avec des chèvres, des poules, des canards et autres animaux de par chez nous. Autre zone de verdure découverte plus récemment, la ferme pédagogique du parc Friedel à Illkirch-Graffenstaden, où l’on retrouve les mêmes animaux mais où les enfants peuvent caresser brebis, chèvres et moutons qui se promènent en liberté. Il y a aussi une aire de jeu à l’entrée du parc.


La chose que tu as achetée à tes enfants et que tu recommandes à toutes les mamans ?



J’ai déjà conseillé (et fait acheté) à plusieurs amies un sling pour pouvoir porter leur bébé. Mais de façon plus générale, un moyen de portage. J’y suis tellement accro que j’en ai cinq différents, c’est tout dire. Je pense même que je ne pourrais plus m’en passer car je trouve cela tellement pratique de glisser Alice dans un porte-bébé lorsqu’on emmène son grand frère au parc à jeux. Ou dans les magasins, pour juste faire deux trois courses. Il n’y a que par temps caniculaire que je privilégie la poussette, car on se donne mutuellement chaud lorsqu’on porte un bébé/un enfant en bas âge. Car oui, il m’arrive aussi encore de porter parfois Arthur, pour le calmer pendant une crise de larmes ou pour les jours où il ne veut pas marcher quand on rentre à pieds de chez sa nounou.


Mais surtout, je vous recommande de garder tous vos grands cartons : vos enfants en feront de fantastiques cabanes et ils y joueront certainement des heures (et délaisseront celle d’Ikea que vous étiez pourtant si fiers d’avoir achetée pour eux).



Et au contraire, la chose que tu ne recommandes pas du tout ?



J’ai acheté un mobile pour Arthur car tout petit, il s’endormait difficilement et j’étais complètement perdue face à ses pleurs. Ça n’a jamais vraiment fonctionné et je crois même que ça l’a énervé plus d’une fois. Pourtant, il était coloré et les mélodies étaient toutes douces. Je l’ai installé sur le lit à barreaux d’Alice, au cas où, pour tenter de rentabiliser un peu plus cet achat, mais je ne suis pas certaine de m’en servir réellement. Et avec le recul, je ne le trouve en plus pas si joli que ça.


Tes marques préférées pour bébé ?



Il faut savoir que je suis assez difficile du point de vue des vêtements car je n’aime pas ce qui fait trop « bébé ». Pour les pyjamas, les body et les petites tailles, j’aime beaucoup Kiabi pour les petits prix de la marque. Pour Arthur, je trouve pratiquement toute sa garde-robe chez Vertbaudet (j’aime beaucoup leurs pantalons), et j’aime aussi énormément ce que font la Redoute, Zara et H&M.


Pour les jouets, je trouve qu’il y a de chouettes choses chez Ikea : la petite cuisine sera le cadeau des deux ans de mon aîné et son doudou numéro 1 est leur célère Panda (petit prix, donc pratique pour l’avoir en 3 exemplaires). Et j’aime aussi beaucoup traîner chez Oxybul où on trouve pleins d’idées à tous les prix.


Pour la d
écoration, il y a pas mal de DIY dans leurs chambres : ils ont chacun un mobile en origami au-dessus de leurs lits, que j’ai fabriqué pendant mes grossesses, leur prénom en tricotin sur leur porte. Et un tableau que leur a peint une grande tante. Le mobilier vient de chez Ikea, le linge de lit de chez Kiabi et la Redoute.

Je lorgne sur les tapis Lorena Canals, qui passent à la machine, mais qui ne sont pas donnés, et sur le site de décoBB, j’ai notamment repéré des patères pour accrocher leurs vêtements et une corbeille à jouets pour la chambre d’Alice. 


Les blogs que tu aimes visiter ?



Si je ne devais en nommer que cinq (car j’en suis bien plus), je citerais Maman Louve en blog maternité/famille, Beauty & Gribberish, le blog de Néroli et Golden Wendy, trois blogs beauté tenus par de jeunes mamans qui parlent aussi du coup maternité de temps en temps, et Joli prénoms, parfait pour celles qui aiment les histoires de prénoms. Et puis il y en a plein d’autres … allez, encore deux blogs de maman que j’aime beaucoup : Maman Floutch et le Carnet d’Emma. Je rajoute My Berry Style et Gimmy’s World qu’Aurélie m’a fait découvrir suite à ses portraits de maman.
En fait, je passe bien trop de temps sur Hellocoton et sur Instagram (pendant les siestes de mes enfants bien sûr). Il y a aussi une chaîne YouTube que j’aime beaucoup, Parentillages.


Merci Pauline d'avoir joué le jeu et à bientôt sur les réseaux  :-)

 

4 commentaires

  1. Toujours très sympa ces petits portraits, et j'aime beaucoup les questions très pertinentes que tu poses!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Picou ! Je suis la 1ère à adorer faire plus connaissance avec ces mamans :-)

      Supprimer
  2. Que ça fait bizarre de voir ses mots en ligne ! Merci de m'avoir fait confiance Aurélie 😘

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci à toi surtout :-) C'est un très chouette Portrait :-)

      Supprimer